Assurance vie, de nombreux avantages

Avec l’assurance vie, vous pouvez placer votre épargne :

Soit sur un fonds en euros garantissant un rendement minimum et vous assurant la sécurité de l’épargne investie sur ce fonds.
Soit sur des supports en Unités de Compte (UC). Le rendement obtenu évolue selon les performances des marchés : les perspectives de gains à long terme sont donc plus importantes que pour les placements sur les fonds en euros, mais le risque est proportionnellement plus important (la valeur des unités de compte n’est pas garantie et est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. L’Assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur).

Une fiscalité avantageuse :

Les plus-values réalisées sur votre contrat d’assurance vie ne sont imposables que lorsque vous procédez à un rachat partiel ou total.
Le taux d’imposition de vos plus-values dépend de la durée du contrat.
Si le contrat est ouvert depuis moins de 8 ans : en cas de rachat, les plus-values réalisées sont imposables à l’impôt sur le revenu au barème progressif ou, sur option, au Prélèvement forfaitaire libératoire au taux de 35% (si < 4 ans) ou 15% (si entre 4 et 8 ans).
Dans tous les cas les plus-values réalisées sont également soumises aux prélèvements sociaux (15,5%).
Si le contrat est ouvert depuis plus de 8 ans : les plus-values réalisées sont imposables à l’impôt sur le revenu au barème progressif ou, sur option, au prélèvement forfaitaire libératoire au taux de 7,5% au-delà des abattements de 4 600 euros pour une personne seule ou 9200 euros pour un couple. L’abattement joue par voie de crédit d’impôt en cas d’option pour le Prélèvement forfaitaire libératoire. Les produits réalisés sont également soumis aux prélèvements sociaux (12,3%).
Les sommes reçues par vos bénéficiaires désignés dans le contrat d’assurance vie échappent aux droits de succession.

En cas de décès de l’assuré :

Pour les versements effectués avant les 70 ans de l’assuré, le capital décès est transmis hors fiscalité jusqu’à 152 500 euros par bénéficiaire (tous contrats confondus souscrits par un même assuré au profit d’un même bénéficiaire). Au-delà de ce montant, le capital décès supporte une taxation de 20% ( pour la part taxable de chaque bénéficiaire inférieure ou égale à 902 838 euros et de 25 % pour la part taxable de chaque bénéficiaire supérieure à 902 838 euros)
Pour les versements effectués à compter des 70 ans de l’assuré, les droits de succession ne sont dus que pour la fraction des primes versées excédant 30 500 euros (tous contrats confondus souscrits par un même assuré quel que soit le nombre de bénéficiaires). Les plus-values capitalisées sur les versements effectués ne sont pas soumises aux droits de succession.
Les produits sont dans tous les cas soumis aux prélèvements sociaux.

Une transmission facilitée :

L’assurance vie permet de transmettre les sommes détenues sur votre contrat à la personne de votre choix via la clause bénéficiaire.
Ce placement vous permet ainsi d’avantager, hors succession, votre conjoint, votre concubin, votre partenaire de PACS ou toute autre personne de votre choix.
Une épargne disponible :
Les sommes investies ne sont pas bloquées (sauf circonstance particulière*) : vous gardez la possibilité d’effectuer à tout moment un rachat (retrait) partiel ou total.
Un rachat partiel n’entraîne pas la fermeture du contrat : vous pouvez continuer à alimenter votre contrat, sans avoir besoin d’en souscrire un nouveau.

*Selon les modalités précisées dans la Note d’Information valant Conditions Générales du contrat Epargne Projet Generali de Generali Vie.

Pour trouver la meilleure assurance vie du moment, rendez vous sur cette page assurances vie comparatif ou assurance vie comparatif.